Logo eBalzac

Mémoires de deux jeunes mariées

Louise de Chaulieu et Renée de Maucombe ont noué une profonde amitié en pension. Rappelées dans leurs familles, la première découvre avec un plaisir non dissimulé le virevoltant monde parisien, alors la seconde doit se contenter d’un mariage arrangé en province. La folle Louise et la sage Renée se racontent, au fil d’une intense correspondance, leurs petits bonheurs comme leurs grandes déconvenues.

***

Éditions contrôlées par Balzac

Souverain
Mémoires de deux jeunes mariées, Paris, Souverain, 1842, 2 vol.

Presse
Publication en feuilleton dans La Presse en trois parties, réalisée sur les bonnes feuilles de l’édition Souverain. Première partie, lettres I à XXV (du 26 novembre au 6 décembre 1841) ; deuxième partie, lettres XXVI à XLVII (27, 28, 30, 31 décembre 1841 1er et 3 janvier 1842) ; troisième partie, lettres XLVIII à LIX (9, 10, 11, 14 et 15 janvier 1842).

Furne
Mémoires de deux jeunes mariées, dans La Comédie humaine, Paris, Furne, 1842, t. II : Études de mœurs, Scènes de la vie privée, p. 1-194. (Lire)

Furne corrigé
Mémoires de deux jeunes mariées, dans La Comédie humaine, Études de mœurs, Scènes de la vie privée. (Lire)

***

Bibliographie sélective

  • Max Andréoli, « Un roman épistolaire : les Mémoires de deux jeunes mariées », L’Année balzacienne, 1987, p. 255-295.
  • Philippe Berthier, « Accoucher au masculin (Balzac, Mémoires de deux jeunes mariées) », dans Héla Ouardi (éd.), L’Androgyne en littérature, Tunis/Dijon, Simpact / Éditions universitaires de Dijon, 2009, p. 211-226.
  • Thierry Bodin, « De Sœur Marie des Anges aux Mémoires de deux jeunes mariées. Problèmes de genèse et problèmes de sources », L’Année balzacienne, 1974, p. 35-66.
  • Ye Young Chung, « Mémoires de deux jeunes mariées : paroles au féminin », L’Année balzacienne, 2005, p. 323-346.
  • Mireille Labouret, « Romanesque et romantique dans Mémoires de deux jeunes mariées et Modeste Mignon », L’Année balzacienne, 2000, p. 43-63.
  • André Lorant, « Balzac et le plaisir », L’Année balzacienne, 1996, p. 287-304.
  • Arlette Michel, « L’Europe chevaleresque dans La Comédie humaine », L’Année balzacienne, 1992, p. 363-375.
  • Florence Terrasse-Riou, « Les enjeux de la représentation d’un seuil : l’hôtel de Chaulieu », dans R. Mahieu et F. Schuerewegen (éd.), Balzac ou la tentation de l’impossible, Paris, SEDES, 1998, p. 47-55.

***

Crédits

Furne corrigé

  • Éditeur : Maxime Perret
  • Correction OCR : Dimitri Julien
  • Établissement du texte et stylage TEI : Maxime Perret
  • Édition XML-TEI : Amélie Canu
  • Informatique éditoriale : Frédéric Glorieux
  • Traitement des images : Claire Carpentier

Furne

  • Éditeur : Maxime Perret
  • Établissement du texte : Maxime Perret
  • Édition XML-TEI : Karolina Suchecka
  • Informatique éditoriale : Frédéric Glorieux, Karolina Suchecka
  • Images : Gallica – Bibliothèque nationale de France