Logo eBalzac

À Montégnac, petit village du limousin, Véronique Graslin expie son passé de femme adultère. Celle qui a laissé condamner à mort son amant, le jeune Tascheron, sans révéler à la justice sa participation au crime qu’il avait commis, décide de racheter sa faute par une prière active, sous la direction de l’abbé Bonnet.

Bibliographie sélective

  • Patrick Berthier, « Le voile de Véronique », L’Année balzacienne, 1998, p. 285-301.
  • Roger Fayolle, « Notes sur la pensée politique de Balzac dans Le Médecin de campagne et Le Curé de village », Europe, janvier-février 1965, p. 303-324.
  • Gérard Gengembre, « Balzac, Bonald et/ou la Révolution bien comprise ? », L’Année balzacienne, 1990, p. 189-202.
  • Bernard Guyon, « Les conditions d’une renaissance de la vie rurale d’après Balzac. Le Médecin de campagne et Le Curé de village », L’Année balzacienne, 1964, p. 239-250.
  • Alex Lascar, « Le Curé de village : scène de la vie privée », L’Année balzacienne, 1994, p. 155-168.
  • Alex Lascar, « Le Curé de village : difficultés et ambiguïtés du repentir », L’Année balzacienne, 1994, p. 245-271.
  • Chantal Massol, « Secret et énigme dans Le Curé de village », L’Année balzacienne, 1985, p. 161-174.
  • Jacques Neefs, « Figure dans le paysage : Le Curé de village », Littérature, 61, février 1986, p. 34-48.
  • Lise Queffélec, « La figure du bourreau dans l’œuvre de Balzac », L’Année balzacienne, 1990, p. 273-289.
  • Hava Sussman, « Une lecture du Curé de village », L’Année balzacienne, 1976, p. 231-241.
  • Françoise Van Rossum-Guyon, « Aspects et fonctions de la description chez Balzac : un exemple : Le Curé de village », L’Année balzacienne, 1980, p. 111-136.

Crédits

Furne corrigé

  • Éditeurs : Tania Duclos et Maxime Perret
  • Établissement du texte : Tania Duclos
  • Établissement du texte et stylage TEI : Maxime Perret
  • Édition XML-TEI : Amélie Canu
  • Informatique éditoriale : Frédéric Glorieux
  • Traitement des images : Claire Carpentier