Logo eBalzac

Une élection se prépare à Arcis-sur-Aube à la fin de la Monarchie de juillet. Les libéraux veulent voir élire quelqu’un d’autre que Charles Keller, le fils de leur précédent député, protégé par le comte de Gondreville. Simon Giguet, largement incapable, se porte candidat et obtient le soutien apparent de la bourgeoisie quand elle apprend le décès du fils Keller. Mais le gouvernement n’entend pas céder ce siège à l’opposition et envoie un candidat.

Bibliographie sélective

  • Max Andréoli, « Aristocratie et médiocratie dans les Scènes de la vie politique », L’Année balzacienne, 1998, p. 49-61.
  • Xavier Bourdenet, « Le roman de l’élection : politique et romanesque dans Le Député d’Arcis », dans B. Lyon-Caen et M.-È. Thérenty (éd.), Balzac et le politique, Saint-Cyr-sur-Loire, Pirot, 2007, p. 109-122.
  • Jean-Pierre Chaline, « L’élection en province vue par Balzac dans les Scènes de la vie politique », L’Année balzacienne, 1998, p. 39-47.
  • Maurice Ménard, « Le style de la surcharge chez Balzac : l’enseignement des variantes », L’Année balzacienne, 1996, p. 305-320.
  • Christiane Thil, « Le Député d’Arcis. Histoire de l’achèvement et de la publication du roman par Charles Rabou », L’Année balzacienne, 1983, p. 145-160.

Crédits

Furne corrigé

  • Éditeur : Maxime Perret
  • Établissement du texte et stylage TEI : Maxime Perret
  • Édition XML-TEI : Amélie Canu
  • Informatique éditoriale : Frédéric Glorieux
  • Images : Gallica – Bibliothèque nationale de France